Tennis à plateforme bicolore Argent gLnhxoo

SKU210936603020033
Tennis à plateforme bicolore Argent gLnhxoo
Tennis à plateforme bicolore Argent

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus ›

accepter

Des métiers pour tous

Des métiers pour tous

Vous naviguez sur le nouveau site
En direct Corde sensible
Raccourcis clavier pour la console audio-vidéo
Partager cette vidéo
Site de l'annonceur
0:00
/
0:00
EN DIRECT

Désolé, le contenu demandé n'est plus disponible.

DEV
Poursuivre le visionnement
Recommencer à partir du début
0:00
0:00
Une équipe d'employés au travail Photo : iStock/Rawpixel
Partager
Aller directement aux commentaires
Partager
Aller directement aux commentaires

On pourrait penser que manquer de main-d'oeuvre, c'est un beau problème! C'est le signal, en tout cas, que l'économie va bien, que le chômage est faible, que la croissance est au rendez-vous. Cela dit, dans la réalité, c'est aussi la révélation d'une incapacité sociale à combler tous nos besoins. Et c'est tout à fait contre-productif.

Une analyse de Gérald Fillion

Les dernières données de Statistique Canada sont étourdissantes à ce sujet. Le nombre de postes vacants a bondi de 23% au pays en 2017, de 46% au Québec. La proportion de postes vacants est particulièrement importante dans les secteurs de l'hébergement, de la restauration, du transport et des services administratifs.

Il y a 2,9% de postes vacants au pays et 2,6 % au Québec, selon Statistique Canada, qui précise aussi que le salaire horaire moyen de ces emplois est de 20,10$. De plus, 7postes sur 10 sont à temps plein. On comprend donc que ce sont de bons emplois qui sont disponibles et que les entreprises n’arrivent pas à les pourvoir.

Dans l’ensemble du Canada, on dénombrait, fin 2017, un total de 470000 postes vacants :

Dans une région comme Chaudière-Appalaches, le taux de postes vacants a augmenté de 1,7 point de pourcentage depuis un an, pour ainsi passer de 1,6% à 3,3%. Le taux de chômage moyen en 2017 dans cette région s’est établi à 3,5%. C’est comme si un trou s’était créé au coeur du marché du travail en Beauce, dans Bellechasse, sur la rive sud près de Québec jusqu’au Bas-Saint-Laurent.

Ce sont des pénuries de main-d’oeuvre qui sont apparues et qui obligent des entreprises à reporter des projets d’investissements ou certains contrats. Ou encore, à trouver des solutions inusitées et innovantes.

Mercredi, mon collègue Olivier Lemieux à Québec expliquait qu’un centre de formation professionnelle avait annoncé un partenariat avec une chaîne de restaurants. Les étudiants vont passer la moitié de leur formation à travailler dans les restaurants. Et ils seront payés!

Pour qui s’intéresse au développement de l’économie québécoise, cet enjeu du manque de main-d’oeuvre est un frein à la croissance à long terme. Le Québec vieillit, une quantité exceptionnelle de gens prennent et vont prendre leur retraite dans les prochaines années.

On commence déjà à voir une stagnation de la croissance de la population active, une hausse des taux d’activité et d’emploi et une baisse du taux de chômage. Tous les éléments sont en place pour une faible croissance économique.

Selon l’Institut de la statistique du Québec, la population de 15 à 64ans va passer de 5531000 personnes en 2017 à 5428000 en 2030, une baisse annuelle moyenne de 0,1%. Le poids démographique de cette tranche de la population va passer de 65,9% à 59,4%.

Les solutions sont multiples, mais elles doivent surtout s’additionner. Parmi celles-ci:

Sur ce dernier point d’ailleurs, selon le dernier budget du Québec, «entre 2006 et 2017, 480200 emplois ont été créés au Québec dans le groupe d’âge des personnes de 15ans et plus. Sur cette période, la population immigrante de 15ans et plus a occupé 250200 nouveaux emplois, soit plus de 50% de la création d’emplois totale.»

Sur 10personnes qui arrivent chez nous, 6 sont des immigrants économiques. Et ces immigrants sont majoritairement jeunes. Ils sont considérés comme l’une des solutions, pas la seule, aux enjeux liés aux pénuries de main-d’oeuvre.

Et il est clair qu’une meilleure intégration au marché du travail est essentielle. Les immigrants de 25 à 54 ans arrivés ici depuis cinq ans et moins ont un taux d’emploi de 65,8%, ceux arrivés il y a 5 à 10 ans, de 79,6%, et ceux qui sont ici depuis plus de 10ans, de 81,9%.

Ces taux sont plus faibles que le taux des 25-54 ans nés au Canada, qui est de 86,2%. Si les taux d’emploi de 50000 nouveaux immigrants atteignaient celui des personnes nées au Canada, on ajouterait 0,75% au PIB du Québec selon le ministère des Finances.

Alors, il y a des solutions. Il faut les explorer pour maintenir la qualité de vie des citoyens et favoriser la croissance des innovations québécoises. Ce serait bien que ce genre de considérations fassent partie du débat électoral qui s’engage.

Partager
Aller directement aux commentaires

Économie en continu

Connexion

Articles dans cette section

Dans les paragraphes suivants nous vous expliquons la méthodologie pour lier votre site internet à un nom de domaine qui vous appartient, que vous souhaitiez accomplir cette opération par vous-mêmes (niveau avancé) ou que vous souhaitiez nous confier cette tâche.

Depuis votre espace administration, cliquez sur l'application Site située sur le menu latéral bleu de votre espace administrateur, et cliquez sur l'onglet Général ( Site > Général ).

Général

Cliquez alors sur Nom de domaine .

Nom de domaine

Vous serez alors redirigé vers cette page vous proposant plusieurs options.

Vous pourrez alors choisir une des deux options suivantes Vous paramétrez pour moi mon nom de domaine ou Je paramètre seul mon nom de domaine .

Vous paramétrez pour moi mon nom de domaine Je paramètre seul mon nom de domaine

Cliquez sur l'option Vous paramétrez pour moi mon nom de domaine ,puis suivez les instructions. Deux options vous seront alors proposées (ces options sont payantes):

Il arrive qu'un problème causé par une configuration spécifique de votre registrar nous empêche de réaliser le paramétrage. Nous ne pourrons dans ce cas pas assurer l'interface avec le registrar et nous vous inviterons alors à vous rapprocher de leur service client.

Cliquez sur l'option Je paramètre seul mon nom de domaine et suivez les instructions.

Cette option consiste à conserver la gestion de votrenom de domaine chez votre registrar et à paramétrer votre zone DNS de façon à ce que votre nom de domaine pointe vers nos serveurs.

Une mauvaise manipulation pouvant rendre votre site indisponible , il est préférable de lire l'intrégralité de la documentation ci-dessous avant de commencer le paramétrage.

Une mauvaise manipulation pouvant rendre votre site indisponible
Consultez les articles suivants si votre registrar est ou Godaddy . Sinon la procédure à suivre est la suivante :
Zone DNS

Il est recommandé de ne pas effectuer de changement dans partie Serveur DNS, qui est généralement déjà configurée correctement.

La cible doit nécessairement être "site.assoconnect.com." quel que soit le nom de domaine. Par exemple, si le nom de l'organisation est "association des amis", la cible sera "site.assoconnect.com" et non "association-des-amis.assoconnect.com".

La cible doit nécessairement être "site.assoconnect.com."

Le point final de l'enregistrement est généralement renseigné automatiquement et/ou obligatoire. Il est parfois bloqué par le registrar et doit dans ce cas être retiré.

"Si on corrigeait les sophismes dans le sens des vérités correspondantes à ces sophismes, ce n'est que la correction qui serait vraie; tandis que la pièce ainsi remaniée, aurait le droit de ne plus s'intituler fausse. Le reste serait hors du vrai, avec trace de faux, par conséquent nul, et considéré forcément, comme mon avenu" (idem)

23 On notera au passage le jeu des "correspondances" entre la face "vraie" et la face "fausse" de la même pièce. Ce qui fait sens c'est le travail de correction/réinterprétation. Plus précisément c'est l'énonciation même du discours correctif. En dehors de ce mouvement de réorganisation du texte il n'y a pas de sens. Lautréamont écrit plus loin:

"il faut que la critique attaque la forme, jamais le fond de vos idées, de vos phrases. Arrangez‑vous." 5

24 A première vue il n'y aurait là rien de nouveau. Rien de plus que le conseil bien connu: "Tournez vos phrases de telle manière qu'on ne puisse pas vous attaquer sur l'essentiel". Mais attention... il a dit "le fond de vos idées, de vos phrases". Il a mis sur le même plan les idées et les phrases.

25 Revenons à Hjemslev.

26 Il y a un contenu de la forme et il y a un contenu du contenu. Le fond des idées c'est le contenu du contenu. Mais le fond des phrases c'est le contenu de la forme. Ce n'est pas du tout la même chose. Autrement dit: "Attention... On va vous attaquer à deux niveaux distincts. Celui de la signification des arrangements formels et celui du sens référentiel: Ce dernier nous pourrions entre autres l'appeler aujourd'hui, nous qui avons laissé derrière nous le XIX e s., l'idéologie.

27 Jusque là nous n'avons présenté que sa critique négative. Tout ce qu'il ne faut pas faire. Il lui arrive aussi de montrer, exemples à l'appui, ce qu'il faut faire.

28 Pascal a écrit:

"J'écrirai ici mes pensées sans ordre, et non pas peut‑être dans une confusion sans dessein. C'est le véritable ordre, et qui marquera toujours mon objet par le désordre même. Je ferais trop d'honneur à mon sujet, si je le traitais avec ordre, puisque je veux montrer qu'il en est incapable". 6

29 Il y a donc un niveau d'ordre et un niveau de désordre. Mais Pascal les situe‑t‑il vraiment? C'est toute la question. De fait, Pascal explique très bien où est selon lui le désordre: il n'est pas dans le fond de ses idées mais dans leur traitement. On s'en serait douté!... Qu'est‑ce que Lautréamont réécrit:

"J'écrirai mes pensées avec ordre, par un dessein sans confusion. Si elles sont justes, la première venue sera la conséquence des autres. C'est le véritable ordre. Il marque mon objet par le désordre calligraphique. Je ferais trop de déshonneur à mon sujet, si je ne le traitais pas avec ordre. Je veux montrer qu'il en est capable" 7

30 Notons d'emblée que c'est "la première venue" et non la dernière qui sera "la conséquence de toutes les autres". Une manière, qui n'est illogique qu'en apparence, de dire que nos préjugés ‑ conséquence de notre expérience et de ce que nous sommes ‑ sont premiers. Qu'en fait la première idée qui nous vient a peu à voir avec le hasard; elle est en réalité la conséquence véritable de toutes les idées que nous développerons par la suite. C'est une conclusion masquée sous les allures d'une prémisse, pire d'une donnée innocente de la perception ou de l'observation. On imagine la distorsion que va subir l'ensemble de l'argumentation...

un droit à l’assistance découlant du statut spécifique de demandeur d’asile qu’à un droit universel

29 Le droit à l’assistance garanti sur le fondement de l’article 13 est en outre un droit subjectif exigible devant une instance indépendante 29 . La législation nationale doit donc accompagner ce droit d’un recours dont l’application doit être effective en pratique (, § 187).

30 En l’espèce, l’Etat défendeur est condamné car il n’a pu établir que «» (, § 173 et , § 108) 30 .

31 En revanche, l’accès aux soins médicaux d’urgence étant assuré, la conformité de la situation nationale à cet égard est constatée ( CEC c. Pays-Bas , § 125 et FEANTSA c. Pays-Bas , § 186).

32 Au regard de cette jurisprudence, le droit français semble en conformité dans la mesure où l’article L.345-2-2 du Code de l’action sociale et des familles dispose que «». A ce titre, la situation de la France a été jugée conforme à la Charte dans le cadre de la procédure sur rapports 31 . En outre depuis, le droit à un hébergement d’urgence a été qualifié de liberté fondamentale au sens de l’article L.521-2 du Code de justice administrative et peut donc donner lieu à un référé-liberté 32 . La loi DALO 33 offre également un droit à un hébergement sans condition de régularité s’agissant des centres d’hébergement d’urgence. Le Comité européen des droits sociaux a considéré favorablement ces dispositions dans l’attente d’informations supplémentaires sur les conditions pratiques de cet accueil 34 .

33 En plus de la définition du contenu des obligations étatiques, les deux décisions sur le bien-fondé ont l’intérêt de répondre aux arguments traditionnellement avancés par les Etats pour justifier leur refus d’accorder une assistance sociale aux migrants en situation irrégulière. Trois tentatives de justifications sont ainsi balayées par le Comité: la politique migratoire, la compétence des collectivités locales et la situation économique.

34 Un premier motif invoqué par le Gouvernement défendeur afin de justifier son comportement est celui de l’exigence de mener à bien sa politique d’immigration. Le raisonnement est connu, les étrangers en situation illégale n’ont pas vocation à demeurer sur le territoire étatique, en conséquence, leur proposer des accommodations, notamment un hébergement, irait à l’encontre de l’objectif d’incitation à un retour rapide vers leur pays d’origine. Le Comité ne nie évidemment pas la légitimité de l’objectif en rappelant que le droit international garantit le droit des Etats « de contrôler l’entrée sur leur territoire, le séjour et l’expulsion des ressortissants étrangers » ( FEANTSA c. Pays-Bas , § 180). Cependant, il considère le refus de proposer un hébergement d’urgence aux personnes en situation irrégulière qui le nécessitent comme un moyen disproportionné en vue d’atteindre ce but légitime. Il estime en effet que des moyens moins lourds sont à la disposition de Gouvernement pour réaliser ses objectifs ( CEC c. Pays-Bas , §§ 121-123 et FEANTSA c. Pays-Bas , §§ 181-183).

Des parties de ce contenu sont ©1998–2018 par différents contributeurs de mozilla.org. Contenu disponible sous une licence Creative Commons .